Un oeil sur l’Iris.

Catégories :Botanique, Jardin, Médicinales, Sorties et rencontresMots-clefs : , , ,

 Pas de cours d’ophtamologie en vue, juste un rapide focus sur un genre de plante prisé par tous, idolâtré par tant et méconnu par certain ; le genre Iris.
Dans le Jardin des Simples au Prieuré la petite parcelle d’iris donne de la couleur aux tons bleus et attire par sa floraison vers cette partie du jardin.

Le Genre Iris n’est pas présent à Orsan à des fins ornementales, cet usage est très bien valorisé comme au Parc floral d’Orléans ou plus près de nous dans le Cher, au magnifique et tout jeune Jardin du Château de Pesselières. 
Dans ces jardins, fidèlement à la mythologie grecque où Iris est la déesse de l’arc-en-ciel , les mises en scènes de ces plantes offrent des tableaux aux mille couleurs de l’arc-en-ciel justement.

Les iris dans le Jardin des Simples

Gros plan.

Historiquement, différentes espèces ont été utilisées dans l’antiquité pour la préparation des parfums. Des représentations sur les murs du temple égyptien de Karnak créditent que l’iris a été utilisé comme médicinale en Egypte donc vers 1240 avant JC. L’huile était censée éliminer les odeurs corporelles. Pour Dioscoride et Pline les meilleures racines viennent d’Illyrie. Théophraste vante l’emploi des rhizomes contre la rage et la colère…
L’iris est l’une des plus anciennes plantes à fleurs cultivée par l’homme, et c’est tout naturellement qu’il est cultivé dans les jardins anglais et français durant tout le Moyen-Age.
C’est ainsi que dès le haut Moyen-Age elle est la fleur nationale Allemande.
Elle fut alors nommée  » fleur de Louys » en l’honneur du successeur de Charlemagne ; Louis le Pieux ( 778/840 )…ou selon une autre version que Louis VII à la suite d’une victoire guerrière dans unchamp d’iris jaune, prit cette fleur comme emblème. On nomme iris  » fleur de Louis  » qui au fil du temps et par déviation donna la  » fleur de Lys  » !
Le tour était joué, l’iris blanc exactement, devint le symbole des Rois de France sous le nom de fleur de Lys.

Nom commun, nom scientifique et nom dans le Capitulaire pour l'Iris d'Allemagne

Au jardin des Simples d’ORSAN, il s’agit de l’Iris d’Allemagne ( Iris germanica ) , cité dans le Capitulaire  » De Villis » de Charlemagne ( vers 795 ) sous le nom de « Gladiolus ». Des noms populaires également comme Iris flamme ou Flambe lui sont donnés au sens d’oriflamme, de bannière pour le rôle héraldique.
Attention au nom latin de l’espèce… aussi bizarre que celà puisse paraître, cet iris est inéxistant à l’état spontané en Europe Centrale ! Mais plus probablement originaire de l’Est Méditérranéen.
Le nom médiéval  » Gladiolus » indique qu’a l’époque ce même nom s’applique à cette plante et au glaïeul.
La caractéristique de l’iris, ce sont bien sûr ses rhizomes qui trop souvent encore sont commercialisés sous le nom de racines. Ces rhizomes assurent une multiplication intense par ramification .
Les feuilles sont glauques en forme de glaive, les robustes tiges  florifères hautes de 30 à 100 cm dépassent les feuilles.. La floraison a lieu en mai- juin, mais les fleurs odorantes souvent par 2 à 4 se fanent très vite.

Le carré de l'Iris.

Cette plante médicinale ancienne était connue pour l’emploi de son rhizome contre les  » obstructions  » ( vessie, foie,poumon ) .
Attention, frais c’est un violent  purgatif et vomitif !
Bien séché, il dégage un parfum de violette et est très célèbre dans le monde de la Parfumerie et de la Cosmétique. Historiquement le parfum de violette a été substitué largement et longuement  par de la production à base de farine d’iris, qui est d’une opération financière moins coûteuse que la violette directement.
Loin peut-être des variétés horticoles modernes aux  » look customisé  » , l’iris d’Allemagne est robuste et de culture facile. Amoureux des lieux ensoleillés, d’un sol riche en calcium vous trouverez sûrement un coin dans le jardin pour cet iris fuyant par contre l’humidité.
En plus de son allure naturelle, d’une floraison généreuse bleu-violacé il peut-être un sujet formidable de discussions tant son histoire est riche de découvertes.
Plus qu’un coup d’oeil, cette plante demande un arrêt obligatoire lors de sa rencontre…et qui sait ce sera un coup de coeur pour l’iris.

Coucou c'est nous...!