Semis ; la lune est-elle favorable ?

Catégories :Jardin, Outils, PotagerMots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Aucune idée ! C’est le rituel aux jardins du prieuré, les semis des Cucurbitacées se réalisent début – avril… Depuis vingt ans, tout va pour le mieux à chaque fois, mais  je ne suis pas à l’abri d’une intervention lunaire ; favorable ou défavorable ? .L’idée est de ne pas attendre mi – mai ( voire fin mai ! ) pour un semis en pleine terre, mais l’ambition est bien sûre de disposer des plants pour une plantation dans le jardin à cette future période.
Seule solution, faire nos semis en couffin comme pour chérir des nouveaux nés ! Un bon berceau fait de bois et de vitres pour laisser passer la lumière.
Un terreau « spécial semis » comme litière et draps, tout est pour le mieux afin d’assurer la germination.

Graines de Sucrine du Berry... ready pour l'aventure !

Table de semis improvisée.

La p'tite étiquette pour le nom !

Au lit les enfants...

Il fait chaud et humide ici !

Enfin, des plaques alvéolées restent l’idéal pour le semis en lui-même. La graine après germination et son développement racinaire suffisant produit un plant motté, naturellement très facile à manipuler et sûr de qualité, pour les nécéssités de la plantation en pleine terre.
Toutefois, la réussite de ces semis en chassis- coffre repose sur deux combinaisons : la chaleur et l’humidité .
Les chassis doivent donc garantir une réception lumineuse maximale, l’exposition au soleil du levant au couchant semble parfaite bien logiquement.

Orientation Est - Sud - ouest .

Un point d’eau à proximité devient incontournable pour assurer un arrosage aussi souvent que nécéssaire pour répondre à la demande d’irrigation.
Le semis en alvéoles demande un protocole méticuleux ;
- remplir de substrat les alvéoles de la plaque.
- avec un bâton de même diamètre que l’alvéole, tasser cet apport de terreau dans chaque alvéole.
- remplir de cette façon au 3/4 chaque alvéole.
- déposer les graines.
- recouvrir de terreau en tassant légèrement à nouveau.
- veiller à laisser un défaut de terreau d’environ 1 cm avec le dessus de la plaque, ceci pour des facilités d’arrosage.

En règle générale pour les Cucurbitacées, 2 à 3 graines sont déposées par alvéole… Gâchis, vous allez dire ? Vrai et faux…
Certaines graines se comportent mieux que d’autres, aussi une fois les graines germées et une ébauche de développement, seul le plus vigoureux des plants est conservé.
Pour les fleurs comme les Cobées, Ipomés, Pois de senteur et Capucines cela donne des potées fortes et plutôt appréciables en utilisation au jardin pour le recouvrement des clautras et divers supports.
Les chassis coffres sont aussi utilisés pour des semis dits  » en pépinière « , puis après la germination et un développement suffisant, c’est  un repiquage en pleine terre au jardin. Car dans ce cas pas d’alvéole au menu, le chassis est rempli de terreau à moitié d’épaisseur offrant ainsi un douillet lit de semence.
Mais l’air ambiant doit encore se réchauffer pour faire ces semis; une affaire de quelques jours.
Autre contrainte, les végétaux ainsi semés doivent impérativement acceptés un repiquage plus ou moins dit  » en racines nues ». Cosmos, salades, cardes par exemples subiront ce châtiment…

Avec les premiers semis à Orsan nous entrons dans le vif du jardin, l’âme même du jardinage.
Gestuelle sacrée ? Acte créateur par excellence ? Quelle joie répétées depuis ces premières fois de mon enfance, ou après reçu au creux de ma main quelques graines concédées par mon père, puis avoir procédé au semis de ces radis c’était 18 jours plus tard l’émerveillement de la levée… et le bonheur de la dégustation par la suite. Nourriture complète sur tous les plans, et pour ces doux souvenirs je veux bien rester un enfant de trois ans .
Oui, il faut cultiver son jardin !