Boîtes à maçonnes !

Catégories :Faune, Insectes, Jardin, Ouvrage boisMots-clefs : , , ,

Dans l’esprit populaire, une abeille est un insecte hyménoptère chérissant les fleurs pour le pollen et le nectar ! De surcroît, cette ouvrière infatiguable produit dans des cellules hexagonales un délice pour le ventre des ours et des humains; le miel.C’est mal connaître la nature et sa diversité, d’autres formes d’hyménoptères, mêmes si elles n’ont pas le  » statut d’insectes sociaux » aussi poussé mais appréciant tout de même la vie en communauté, se nomment les Abeilles maçonnes.
En effet qui d’entre nous n’a jamais remarqué ces petits trous dans l’allée sèche d’un jardin avec un va et vient intense d’insectes. Ou encore l’orifice d’évacuation dans l’huisserie de la fenêtre que l’on retrouve un jour obturé ! Les responsables ce sont elles, ces fameuses petites abeilles solitaires.
Si les espèces sont nombreuses, deux plus précisément sont désignées du doigt ; Osmia cornuta et Osmia rufa . Les abeilles du genre Osmia ont un mode de vie plus libre et autonome que nos chères  » filles à miel », qui elle se voit attribuée un rôle au sein de la société chapeautée par une reine.

A vous, Mesdames de jouer !

Toutefois il n’est pas rare pour les abeilles maçonnes de les rencontrer en colonies lorsque le biotope est favorable.
L’Osmie recherche des trous pour installer ses oeufs, une fois la ponte effectuée elle amasse pollen et nectar dans la cellule pour nourrir sa larve dès que l’éclosion est active. Ceci fait elle obture la galerie avec de la terre humide réalisant ainsi un ciment qui lui permet de confectionner un couvercle solide en guise de fermeture. Cette particularité dernière a valu à ce type d’abeille le qualificatif de maçonne.
Si certaines abeilles creusent donc le sol, les autres aménagent des galeries existantes mais elles  ne creusent pas ces tunnels d’environ 7cm de long et de 7/8 mm de diamètre pour y loger leurs progénitures.
Chaque abeille est autonome et s’occupe à part entière du cycle depuis la ponte à l’obturation.
Ces insectes sont actifs très tôt au printemps, mars/avril, bien souvent avant les abeilles domestiques ce qui les rend interressantes pour les premières pollinisations au jardin, même si en effet elles ne récoltent pas le pollen sur leurs pattes et ne confectionnent pas de miel…

C’est dans l’objectif de « domestiquer » et de favoriser le dévelloppement de ce genre d’hyménoptère au jardin du Prieuré que des nichoirs adaptés à leur mode de vie se trouvent enfacade de la grange d’accueil.
De forme triangulaire ou carrée, ces  » boîtes » contiennent des morceaux de tuteurs, gaulettes, bambous ou roseaux.

Boîte carrée.

Boîte triangulaire.

Empillés, sérrées les uns contre les autres ces matériaux  offrent des gîtes prêt à l’emploi grâce aux nombreux trous réalisés à la mèche à bois.
Dès l’installation en facade, des locataires n’ont pas attendu pour prendre les affaires en main et possession des lieux, une telle aubaine de logements en ces périodes de crise est trop attirante !

Logements avec portes fermés.

J’oubliais l’essentiel ! Lors de votre passage aux Jardins du prieuré d’Orsan ne manquer pas de regarder et d’observer ces nichoirs en facade du bâtiment… Puis dans la boutique, retrouvez les en vente et laissez-vous tenter ?

Nichoir dans la boutique.