Au premier abord !

Catégories :Jardin, Ouvrage bois, RosiersMots-clefs : , , , , , ,

Le premier regard, le premier contact donnent souvent des impressions qui , bien que souvent emprunt  d’apriori et de préjugés, restent ancrées dans notre mémoire et déterminent une démarche immédiate à suivre. Bref, on aime ou on aime pas ! C’est attirant ou repoussant ! Toute histoire relationnelle commencerait donc par une dose de charme…Prenant virtuellement la place d’un visiteur, j’ai trouvé que nos abords du Prieuré étaient quelque peu fades, pauvres et très loin de ce que les yeux de nos impétrants visiteurs allaient trouver à l’intérieur du Prieuré.
Déjà cet hiver nous avions commencé des aménagements de bois avec toute une série de palissades rustiques le long de la facade.

Les lourdes transformations de l’hiver 2012/2013 au sujet de la Roseraie avaient crées un dur dilemne; que faire tout de même de certains rosiers qui, bien que âgés d’une vingtaine d’années, donnaient de bons signes d’espoirs pour produire fleurs et longévité encore quelques temps ! Comment les mettre à la trappe sans leur donner une chance ? Tout bon jardinier qui se respecte , amoureux et attentionné à ses plantes ne peut céder à la tentation de les consever au lieu d’un sacrifice gratuit.

Allongements rosier " Narrow Water "

C’est pourquoi une trentaine de rosiers se sont retrouvés ce dernier hiver plantés le long du mur de la facade d’entrée du Prieuré, coté route et proche ainsi de l’accès au jardin.
 » Garland « ,  » Souvenir de la Malmaison « ,  » Wedding Day  » et confrères désormais se sont refait une santé et, surprise, et donnent sérieusement de la pousse en ce printemps 2014 ! Peut-être une sorte de remerciement pour cette seconde vie et cette chance qu’ils ont reçus ?

Barrières et rosiers

Laissons « la philosophie de comptoir » de coté pour des opérations plus rationnelles et techniques.. Celle de l’intervention des jardiniers, les longs allongements ne peuvent restés sans aide et la main du jardinier doit guider tout ce petit monde.
Des fils de fer tissent tout un réseau style toile d’araignée sur les flancs de la tour, de légers bambous posés en éventails servent de premiers points d’accroches pour les allongements.

Eventail de bambous

Pour les autres rosiers c’est directement sur le mur que chaque rosier reçoit un éventail de bambous pour lui servir de guide et de support de développement dans ce départ de formation.

Chaque rosier est ainsi ouvert, étalé, plaqué et palissé sur cet éventail de bambous. Nous formons dans ces prémices d’interventions le squelette , la charpente future des rosiers. Le temps est à la pousse, il faut inciter les rosiers à former du bois avec de longs et forts allongements tant que possible. Bien sûr, ayant à disposition des rameaux de bois courts certes, mais anciens, de nombreux pieds de rosiers produisent en ce moment des fleurs. Mais rien de bien sérieux !

Détails sur palissage des rosiers

Vue générale sur le mur de rosiers

Nous sommes donc aux petits soins pour ces expatriés, cuvettes d’arossages, palissages suivis… Le projet pour ces rosiers est ambitieux, au premier plan pour les yeux des visiteurs, l’idée est de produire un mur entier de roses pour l’accueil. Avec les variétés vigoureuses comme  » The Garland « , j’ai en tête de vérifier et de trouver le développement optimal de ce type de rosier dit ‘liane’ ; 3, 5, 7 m de hauteur ? Pas de problème d’espace, au pignon de la grange nous disposons de prêt de 15 m de haut !
Peut-être que Orsan et ses rosiers pourraient ainsi entrer dans le livre des records par ce biais ? Attention aux ambitions excessives, restons modestes et raisonnables… l’avenir s’écrira d’une façon ou d’une autre.
En toute objectivité, loin de faire un miroir aux alouettes pour charmer abusivement le visiteur, cet aménagement extérieur est une vraie volonté de proposer du jardinage avant l’heure et ainsi de faire commencer la visite des jardins du Prieuré dès les premiers abords.