Gazon à l’ancienne.

 Vous connaissez la cuisine à l’ancienne, la peinture à l’ancienne voire la moutarde à l’ancienne… combien d’autres activités ou recettes sont ainsi qualifiées, gage à priori d’une qualité couronnée de succès par un antique savoir faire ! Voici donc, dans ce chapitre un titre a ajouté au tableau dit  » à l’ancienne « , l’ensemencement d’une pelouse.Ce qui est certain, ou presque sûr, c’est que le mode opératoire qui est décrit dans cet article est en voie de disparition. En effet, peu ou plus de prestataires de services en jardinage ( Espaces Verts exactement ! ) officient comme tel pour la création d’un gazon!
La mécanisation est reine et permet de A à Z cette réalisation désormais sans trop d’interventions humaines et manuelles ; en bien ou en mal ?
Nous avions laissé la zone ancienne du potager en attente depuis quelques mois, il est temps de lui donner un visage neuf et verdoyant…

Passage du rotovator

Au préalable l’utilisation d’un solide engin pour le travail du sol est incontournable. L’outil idéal est donc le  » rotovator » pour décompacter le terrain en surface. Pour une efficacité optimale c’est la technique du tir croisé qui est appliquée.
Paralèllement c’est l’épierrage manuel qui est pratiqué; à la main et avec un seau !
Dans ce premier temps , ce sont les pierres plus grosses que le poing qui sont ainsi collectées.

Des cailloux, encore des cailloux !

Arrive le temps fastidieux du griffage. Le travail réalisé par cet outillage est incroyable; le sol est tiré, nivellé et épierré des éléments de dimension inférieur au poing environ. Mais la contrepartie est pénible pour le dos!
Pendant cette intervention un jardinier est mobilisé pour l’évacuation nombreuse des rebus abondants suite à ce griffage; des dizaines de brouettes de cailloux et autres déchets sont ainsi extirpés.

Griffage du sol.

Derrière ce travail lourd et important un premier roulage est effectué. Celui-ci a pour but un léger tassement du terrain, permettant par la suite une correction du relief si possible avec une meilleure précision que lors du griffage.

Reprise du manche d’outil, mais cette fois c’est le rateau qui rentre en action. Les dents d’une plus petite de longueur, plus nombreuses, permettent une élimination d’éléments aussi petits qu’une bille. C’est aussi le moment d’une ultime intervention pour combler quelques trous ou araser quelques bossses ?

Ratissage après un premier roulage.

Inutile de préciser que la brouette est très sollicité encore tant la quantité de rebus est à nouveau conséquente; normal, les mailles du filet sont plus serrées!

Ouf, voilà enfin la surface prête à être ensemencé… Etant donné l’ambition pour le rôle futur à jouer de cette zone, servir d’aire de rencontre pour le Jeu de Mail, le choix de la composition du gazon est crucial.
Une composition aux graminées traçantes, ceci pour obtenir un gazon fourni et dense , et acceptant des tontes fréquentes avec une tondeuse hélicoïdale. Le choix s’est porté vers le gazon EM 22 dont voici la composition;
- 40% de Fétuque gazonnante Bargreen
- 20% de Ray Grass Anglais Bardorado
- 20% de Ray Grass Anglais Barillion
- 20% de Fétuque Rouge 1/2 traçante Baroyal

Semis du gazon.

Cette composition demande une densité se semis assez élevée, pas en dessous de 25 gr/m2, tout va bien car avec un semis manuel et au semoir ventral difficile de descendre en dessous de cette fourchette de densité. Pour, là  aussi avoir une efficacité optimale, un semis en tir croisé reste une valeur sûre ! Autour de 25 kg de semences plus tard, la zone est ensemencée en long, en large et en travers…

Intervient une rapide opération incontournable lors d’un semis manuel, c’est l’égalisation de la densité du semis et l’enfouissement partiel des semences. A retenir que les semences pour germer aiment une situation « entre deux terres »… attention  » entre deux mers » c’est pour le Muscadet !

En effet, le semis manuel n’est pas parfait dans l’homogénéité de densité, aussi un léger ratissage est nécéssaire pour pallier à cet inconvénient et favoriser l’autre nécéssité.
Afin de gagner du temps et réduire la peine une herse légère triangulaire est rapidement construite, tirer facilement par une corde elle remplie à merveille le rôle technique qui doit être mis en oeuvre à ce stade.

Hersage léger après semis.

Tout est enfin paré pour l’assaut final ; un roulage croisé, là aussi, et définitif pour la germination. En effet , mesdames les semences de graminées aiment  » être assisses » pour pointer leurs feuilles. En d’autres termes, il faut finir par un sol roulé et non « soufflé » par le dernier travail de herse.

Roulage après hersage final.

Voilà, maintenant c’est arossages fréquents et attente…
La recette de ce gazon à l’ancienne est longue et fastidieuse à votre goût, patience bientôt un logiciel proposera certainement un gazon numérique…virtuel sans coût d’entretien ni d’installation que l’on pourra admirer sur son écran de tablette, espérons au moins que l’informatique n’est alors au moins l’intelligence de proposer qu’une seule option couleur; le vert!