Gloriettes de la fontaine.

C’est l’année de leurs restaurations ! Comme les cycles lunaires inscrits au calendrier, tous les trois ans nos quatre gloriettes disparaissent un instant, font peau neuve et renaissent plus radieuses que jamais.
Si la technique est rodée, les qualités et aptitudes des gaulettes restent une inconnue et une surprise invariable pour chacune de ces restaurations.. La première livraison de gaulettes est là ; ce sera pour cette fois-ci  encore un chantier » gros bras » …!

Le site des quatre gloriettes.

Etat d'origine

Tout est dit : grosse section qui implique une souplesse moindre et donc des efforts conséquents pour arriver à nos fins avec ces gaulettes de chataîgniers.
Les premières interventions pour la restauration sont faciles, cela commence bien sûr par la destruction totale des ouvarges.
Puis la mise en terre des solides tuteurs afin d’arimer le pied des gaulettes. En effet, avec les fortes tractions en jeu la base des gaulettes doit être maintenue solidement.

Positionnement des tuteurs pour la fixation des gaulettes.

Remise en état du squelette de la gloriette.

Le départ de montage des gaulettes est le suivant ; la gaulette centrale d’axe ainsi que les deux latérales. réunies et bloquées ensembles , elles forment le trio initial sur lequel toutes les autres gaulettes trouveront appui. Le réglage tant en hauteur que pour la profondeur est important…
Affaire de  » gros bras » ai-je dit en tête d’affiche ! Parfois les muscles ne sont pas suffisants ; la ruse est une bien meilleure amie pour tirer les pieds des gaulettes en fond de cage.
Avec l’aide d’une corde enroulée, un jardinier retient la gaulette qui est courbée avec l’épaule d’un autre jardinier poussant  sur celle-ci tel un rugbyman dans une mêlée.

Tour de main et cordage.

Noeud d'osier en tête .

Quelques liens permettent de vérouiller l’ensemble en haut de la gloriette, puis deux costeauds noeuds d’osier égayent et sécurisent ce point de laison.
Maintenant direction le sol avec la réfection des reposes pieds. Avant toute chose il faut procéder au calage et au remplacement des bastaings de bois servant de point de fixation des gaulettes.
Cette fois-ci c’est la méthode du placage , chaque gaulettes une fois sa courbe assurée est clouée à la pièce de bois elle-même solidaire du sol.

Serre joint à l'aide.

Repose pied clean

Là aussi , biceps et triceps ne sont pas toujours de bons services, l’astuce avec la corde n’est pas possible ! Aussi des aides plus modernes comme le serre joint s’avère efficace.
Une fois mis en forme, des clous fixent la gaulette  aux assises du sol, en l’occurence de solides pièces  de poutres solidaires du sol. Celles-ci calibrées et posées de telle façon qu’elles dessinent préalablement la forme du marche-pied.
Nous sommes condamnés d’arréter là notre chantier, en effet le type de gaulette pour la suite de ce chantier n’est pas encore disponible .
Désormais un modèle plus fin de diamètre et donc  mieux malléable est nécéssaire pour la réalisation des  » reposes- fesses » et  » dossiers » .

Manchon toile et osier