Adieu Guitou…

Catégories :Botanique, VergerMots-clefs : , , , , , , , ,

 Nous t’aimons bien, mais là, ce n’est pas possible! En inspectant sans but précis les pommiers plein-vent du verger, quelques touffes vertes ancrées sur les branches retenaient mon attention.
Ce très cher Gui tentait de se faire une place au soleil sur plusieurs  pommiers, même si l’affaire pour l’instant paraît attendrissante « p’tit gui’ deviendra grand et envahissant; c’est un non ferme et catégorique à ce squatter des branches!

Comment a t’il pu venir jusque ici? Il faut dire qu’une importante colonie de gui et présente dans les peupliers de rapport plantés en ligne le long du ruisseau de l’île.
Selon toute probabilité un oiseau tel la grive après avoir fait un bon festin des baies , est venu prendre une  » pose toilette » dans le verger.

Guitou en situation sur le tronc!
Des graines de gui après un transit intestinal vital ont été ainsi éjectées sur l’écorce des pommiers, collées et avec des conditions optimales elles ont germées , enfonçant leurs pivots dans l’aubier de leurs hôtes. Le processus parasitaire est désormais en route; le gui en effet est une plante parasite se servant des arbres comme substrat.
Plante chlorophyllienne, adroitement il détourne la sève brute à son profit avec l’aide de ses racines suçoirs… Bien installé, il y a de fortes chances que d’autres boules de gui apparaissent sur l’arbre… dissémination oblige.
Donc c’est l’intervention chirurgicale pour une ablation du corps étranger.
Deux cas se présentent dans les fruitiers d’Orsan, le gui s’est développé sur une « partie détachable » de l’arbre ( branche annexe, petit rameau..) et le gui s’est développé sur une partie vitale de l’arbre ( charpentière importante, tronc..).

Rameau de gui sur une partie détachable

Pour le premier cas la suppression de la partie comprenant le jeune gui suffit bien sûr à enrayer l’invasion.
Plus délicat avec le second cas..! En effet il ne suffit pas de couper le gui pour éradiquer l’installation, il repousse dès cette base. Pour avoir toutes les garanties ( 100%, rien de sûr!) la nécessité veut d’enlever le pivot d’implantation du gui.
A l’aide d’une scie , une esquille de bois peut donc être prélevée, cette partie de bois contenant le coeur névralgique de l’hôte indésirable. Normalement tout peut en rester là, mais attention avec un gui âgé et bien installé la lutte risque de s’avérer bien plus complexe et récurrente…

Elimination des rameaux de gui par entailles

Mastic protecteur

 Mastic anti-chancre

 Dans  les deux cas un mastic anti-chancre est appliqué pour protéger cette plaie fraîchement ouverte. L’arbre en est quitte pour un léger manque ligneux, mais vite combler avec le temps, il y gagne d’être débarrassé d’un ami indésirable car lui contrairement au chien qui peut se gratter avec sa patte contre la puce; il est figé d’immobilité apparente.

Prises de la journée!

Loin d’abandonner à eux mêmes mes arbres fruitiers, comme tout convalescent suite à une opération je vais suivre le déroulement de l’intervention et vérifier régulièrement la destruction totale du gui; la patte qui permet à mes arbres fruitiers de se gratter contre les puces…c’est moi!

Détails des rejetons éliminés!