Vulcain

Catégories :Faune, InsectesMots-clefs : , , ,

Vulcain, dieu romain de la forge et du feu réside sous l’Etna. Fils de Jupiter et de Junon, il épouse Vénus. Les Romains l’ont identifié au Grec Héphaïstos.
Si Vulcain a pour domaine les volcans, le Vulcain est plus facile d’observation… soyez rassurés. Le sujet de mon article est donc le Vulcain, un magnifique lépidoptère diurne particulièrement de sortie en ce moment. Il doit son nom à la bande orangée qui traverse ses ailes telle une coulée de lave : son nom fait ainsi référence à ce dieu romain qui forgeait des armes dans les volcans du sud de l’Italie. Nous avons l’habitude d’observer les papillons posés sur les fleurs, le Vulcain (Vanessa atalanta) adore particulièrement  les fruits tombés au sol (prunes et poires notamment).
Cette grande vanesse au vol rapide et puissant comme la plupart des Nymphalidae est une hôte commune des jardins.
Le Vulcain se rencontre dans toute l’Europe jusqu’à une altitude de 2000 m. Mâle et femelle sont identiques, le dessus est noir brillant avec sur les ailes antérieures une bande rougeâtre traversant l’aile en diagonale.

Vulcain se chauffant au soleil sur des pierres

Le dessous brun sombre avec des motifs confus confère à ce papillon un mimétisme parfait avec l’écorce des arbres sur lesquels il se pose ailes refermées.
Ce papillon vole de mai à octobre, voire plus tard en automne dans les vergers ou les adultes se rassemblent, attirés par l’odeur des fruits avancés dont ils viennent absorber le jus fermentés.
Chaque année, l’Amiral avec son envergure de 50/60 mm entreprend des migrations qui le conduit dans toute l’Europe septentrionale. Mais cela semble surtout concerner des spécimens du bassin méditerranéen. Cependant, certains individus hors de cette zone hibernent exceptionnellement et s’observent ainsi en plein hiver dans une remise à outils ou le grenier de la maison

Vulcain, ailes repliées montrant la face inférieure de ses ailes

La chenille de la Vanesse Vulcain est gris jaunâtre et possède des épines. Elle vit seule, enroulée dans une feuille de sa plante hôte : l’ortie brûlante.
Donc rien à craindre pour vos arbres fruitiers si des Vulcains virevoltent dans votre verger sous leurs houppiers, mieux vaut laisser quelques fruits périr au sol pour toute cette faune ailée en quête de sucre avant les grands froids.