Z comme…

Catégories :Faune, InsectesMots-clefs : , , , ,

…Zygène, il ne s’agit pas bien sûr de Zorro ! Ce magnifique Lépidoptère ne peut signer son nom à la pointe de ses antennes. Les Zygènes ou Sphinx-Béliers sont des représentants de la grande famille des Zygaenae, papillons aux morphologies et aux couleurs métalliques rutilantes caractéristiques. C’est une famille nombreuse digne d’une médaille, un millier d’espèces dont une bonne cinquantaine en Europe ! Si un jeu de cartes des sept familles était imprimé sur celle des zygènes, vous auriez : la famille de la coronille, du panicaut, de la millefeuille, du chèvre-feuille…
Ce papillon aime les prairies fleuries où abondent les légumineuses et les graminées : on peut l’observer par petit groupe sur les fleurs. Amoureux tout autant des prairies sèches que des pentes exposées au soleil, son observation peut être difficile en raison du relief et de son vol rapide.
Il est cependant très visible parmi la végétation en raison des tons rouge sang, noir bleuté et orangé qui ornent majoritairement les espèces. Certaines espèces sont plus discrètes toutefois de couleur et de taille. En règle générale les membres de cette famille ont une taille variant de 20 à 40 mm.

Zygène sur origan

Papillons diurnes, les zygènes apparaissent de mai à septembre selon les conditions climatiques et l’espèce : ce sont des lépidoptères estivaux principalement.

Les couleurs sont codées dans la nature, les couleurs vives sont des alarmes de danger ! Les Zygènes vérifient cette loi car bon nombre d’espèces sont toxiques et inconsommables. En effet, tous les stades des Zygènes renferment en quantité non négligeable un poison violent : le cyanure.
C’est le cas avéré pour la Zygène du trèfle (Zygaena trifolii) et la Zygène de la filipendule (Zygaena filipendula). Les espèces éventuellement moins toxiques bénéficient d’une parure de couleurs au mimétisme saisissant. Dans le doute, les prédateurs s’abstenant, ils bénéficient d’ un opportun havre de tranquillité grâce à ce subterfuge.
Le Zygène de la filipendule (alias de la spirée, de la luzerne, de la reine des prés) est l’espèce la plus représentée et connue de ce genre. L’adulte au dessin variable apparaît dès juin. La chenille trapue ayant comme toutes ses consœurs une tête rétractile se métamorphose dans un cocon jaunâtre à blanchâtre fixé à un chaume de Graminée.

Cocon de zygène sur peucédan des cerfs

Le cocon de la Zygène est assez spécial : il est papyracé, en forme de coque de navire et situé à différentes hauteurs dans la végétation herbacée selon l’espèce.

Le Pré fleuri d’Orsan fourmille de ces « poisons volants » vifs et toniques en vol. On peut cependant les observer à loisir lorsqu’ils butinent.
La fauche annuelle du « Pré aux mille fleurs » se dessine invariablement à l’horizon, les Zygènes d’Orsan devront trouver d’autres horizons pour leurs desseins…